Bienvenue au bulletin Le monde de l'expertise médicale.

Des données novatrices et utiles sur le monde canadien des évaluations médicales indépendantes et d'autres services liés à la santé. Vos commentaires et vos suggestions de sujets sont les bienvenus.


Partie 1. Les lésions invisibles : Diagnostic des commotions cérébrales et des traumatismes crâniens légers.


Les projecteurs sont actuellement braqués sur les traumatismes crâniens légers (TCL), en particulier les commotions cérébrales. Sous l’impulsion des deux ligues sportives professionnelles qui tentent de protéger leurs joueurs, des « guerriers du week-end » qui pratiquent des sports d’équipe récréatifs, ainsi que des parents de jeunes athlètes qui cherchent à protéger la santé de leurs enfants, ce type de lésion est entré dans le discours public de façon importante.

Bien sûr, la compétition sur le terrain est loin d’être le seul endroit où les gens risquent d’avoir des commotions cérébrales, avec des accidents sur le lieu de travail, dans les automobiles, en tant que cycliste, ou même de simples chutes et déversements qui créent des conditions propices aux chocs à la tête et à un coup de fouet au cerveau et aux mouvements du cerveau qui causent ce type de lésion au cerveau. Lésion cérébrale Canada estime que 160 000 Canadiens souffrent d’un traumatisme crânien léger chaque année, et plus d’un demi-million vivent avec les conséquences d’une commotion cérébrale1.

Il y a deux approches à adopter lorsqu’on pose un diagnostic de TCL. La première consiste à examiner les circonstances exactes de l’incident soupçonné d’avoir causé le traumatisme. Les lignes directrices de pratique clinique de l’American Congress of Rehabilitation Medicine considèrent un incident de perte de conscience comme un incident qui qualifie automatiquement un patient comme ayant subi une lésion cérébrale2.

Malheureusement, il existe de nombreux types de lésions cérébrales traumatiques légères qui peuvent survenir sans que ce type de perte de conscience évidente ne serve de marqueur. En fait, les symptômes de commotion cérébrale peuvent souvent être retardés pendant des heures, voire des jours, avant de se présenter. Cela peut poser un défi lorsque l’on tente d’identifier l’incident exact qui a mené au traumatisme en question. Un diagnostic de TCL fondé sur les symptômes repose principalement sur l’état autodéclaré d’un patient, qui peut être étayé par des outils d’évaluation cognitive formalisés. Ces symptômes sont souvent regroupés sous le nom de « syndrome post-commotionnel »*.

Les symptômes non cognitifs qui se manifestent généralement après un traumatisme crânien léger comprennent des troubles de la vision et de l’équilibre (étourdissements), des nausées, une sensibilité à la lumière, de la fatigue, ainsi que des maux de tête. Les patients peuvent également présenter des problèmes de comportement comme l’insomnie, le sommeil excessif, la dépression, un mauvais contrôle des impulsions, l’anxiété, l’apathie et l’irritabilité2,3**.

D’un point de vue cognitif, le syndrome post-commotionnel et le TCL léger se manifestent souvent sous la forme de troubles de la mémoire — qui peuvent être spécifiques à certains types de mémoire, comme la mémoire verbale, ou qui peuvent prendre la forme d’une amnésie liée à l’incident — ainsi que d’une incapacité à se concentrer (« embrouillement »)2,3**.

Plusieurs tests cognitifs peuvent également être effectués sur un patient, comme ImPACT (Immediate Post-Concussion Assessment and Cognitive Testing)4, le Controlled Oral Word Association, Wechsler Letter Number Sequencing Test, et le Pace Auditory Serial Addition Test5. Cependant, ce type de test n’est pas en mesure de fournir un diagnostic de commotion cérébrale, mais est plutôt utile pour évaluer l’étendue de la lésion6. Même dans ce cas, en l’absence d’une base cognitive de comparaison (que tous les patients ne seront pas en mesure de fournir), les résultats d’un test ImPACT ne sont pas toujours concluants7. Du côté de l’imagerie, les scintigraphies neurologiques standard ne sont pas en mesure de détecter de façon fiable les manifestations physiques de lésions cérébrales légères, et ce type de technologie ne commence à être déployé que grâce à des efforts de recherche spécialisés8.

Enfin, il est important de tenir compte du fait que tout antécédent d’infarctus du myocarde léger rend un patient beaucoup plus vulnérable aux lésions cérébrales futures, ainsi qu’à des symptômes amplifiés9. Les personnes qui font l’objet de l’évaluation peuvent ne pas être au courant des traumatismes crâniens antérieurs, surtout si les symptômes qui y sont associés sont mineurs ou sont passés inaperçus, mais les effets cumulatifs peuvent constituer un facteur de risque important. Parler à un patient dans le but d’examiner en profondeur ses antécédents de traumatisme crânien, en particulier de traumatisme mineur, peut être utile pour poser un diagnostic.

*Il existe différents noms pour cette condition

** Les symptômes mentionnés ci-dessus ne représentent pas toute la gamme des symptômes possibles et peuvent être associés à d'autres conditions. "

  1. Lésion cérébrale Canada. À propos des lésions cérébrales acquises (LCA). https://www.braininjurycanada.ca/acquired-brain-injury/ (consulté le 7 mai 2018).
  2. Marshall S, Bayley M, McCullagh S, et al. Lignes directrices de pratique clinique pour les traumatismes crâniens légers et les symptômes persistants. Le Médecin de famille canadien. Mars 2012;58(3):257-267.
  3. Arciniegas D, Anderson C A, Topkoff J, et al. Mild traumaumatic brain injury : a neuropsychiatric approach to diagnosis, evaluation, and treatment. Neuropsychiatr Dis Treat. Décembre 2005;1(4):311-327.
  4. Duc SciPol. Immediate Post-Concussion Assessment and Cognitive Testing (ImPACT).http://scipol.duke.edu/content/immediate-post-concussion-assessment-and-cognitive-testing-impact (consulté le 7 mai 2018).
  5. Énoncé de position de l’Association nationale des entraîneurs d’athlétisme : Gestion des commotions cérébrales liées au sport. Journal of Athletic Training 2004;39(3):280-297.
  6. Scolaro Moser, Rosemarie. Ahead of the Game : A Parent's Guide To Youth Sports Contussion. Dartmouth College Press, 2012.
  7. Arnett P, Meye J, Merritt V, et al. Neuropsychological Testing in Mild Traumatic Brain Injury : What to Do When Baseline Testing Is Not Available. Revue de médecine sportive et d’arthroscopie. Septembre 2016;24(3):116-122.
  8. International Brain Injury Association. Les traumatismes craniens légers n’étaient pas diagnostiqués auparavant et, par conséquent, le traitement était incertain et les dommages spéculatifs. http://www.internationalbrain.org/mild-traumatic-brain-injuries-were-prev-undiagnosable-therefore-treatment-uncertain-and-damages/ (consulté le 7 mai 2018).
  9. Guskiewicz K, McCrea M, Marshall S, et al. Cumulative Effects Associated With Recurrent Concussion in Collegiate Football Players - The NCAA Concussion Study. JAMA. 2003;290(19):2549-2555.