Bienvenue au bulletin Le monde de l'expertise médicale.

Des données novatrices et utiles sur le monde canadien des évaluations médicales indépendantes et d'autres services liés à la santé. Vos commentaires et vos suggestions de sujets sont les bienvenus.


Partie 2 - Fibromyalgie : Options de traitement individualisé pour une maladie difficile à traiter


La fibromyalgie est une affection qui peut présenter des défis importants lorsqu’il s’agit de formuler des recommandations de traitement. Étant donné qu’elle n’a pas encore été associée à une cause identifiable, il est recommandé que les soins visent à traiter les symptômes présentés par la maladie — et puisque ces effets peuvent varier d’un patient à l’autre, une approche individualisée est presque toujours la plus efficace lors de la conception d’un protocole de traitement.

Dans les lignes directrices publiées par l’Association canadienne de rhumatologie (ARC), il est recommandé d’adopter une approche multimodale axée sur le patient, ce qui devrait tenir compte des composantes pharmacologiques et non pharmacologiques (y compris les thérapies non traditionnelles), ainsi que d’éventuelles interventions psychologiques1.

Fait intéressant, et contrairement à d’autres affections médicales où la douleur est le principal symptôme, ces mêmes lignes directrices mettent l’accent sur une approche qui repose sur des médecins de soins primaires plutôt que sur des spécialistes pour l’identification et la prise en charge de l’affection. Lorsqu’on effectue cet aspect de l’évaluation, on encourage les médecins généralistes à utiliser le médecin traitant du patient comme point central de toute stratégie de traitement. Cela est lié à la conviction que la relation établie entre ces deux personnes facilitera l’élaboration du plan de gestion global le plus efficace.

Les recommandations de l’ARC sur le traitement de la fibromyalgie soulignent également le concept selon lequel les patients doivent participer à leur plan de soins pour qu’il soit efficace2. Plutôt que de surmédicaliser l’état de l’individu, un plan qui éduque le patient, établit un sentiment de contrôle interne sur le traitement, aide à identifier la détresse psychologique (qui peut être atténuée par la thérapie ou le conseil), et établit des objectifs clairs est important pour créer une base de référence pour la réussite.

En l’absence d’un traitement médicamenteux unique pour les symptômes de fibromyalgie, l’ARC recommande de commencer à la plus faible dose d’anti-inflammatoire non-stéroïdien (AINS) parmi les options de gestion de la douleur, sur une courte période3. L’échelle de progression analgésique de l’OMS est également citée, bien que les lignes directrices mettent en garde contre les opioïdes forts trouvés au premier échelon (le tramadol étant spécifiquement mentionné pour les douleurs modérées à sévères qui ne répondent pas à d’autres thérapies). N’oubliez pas que les effets de chacun de ces médicaments peuvent être modestes chez les patients atteints de fibromyalgie.

Les interventions non traditionnelles comme les cannabinoïdes pour aider à soulager les symptômes liés au sommeil sont également discutées par l’ARC, mais la recherche à l’appui de cette option demeure limitée. De plus, une évaluation peut également recommander aux médecins généralistes d’utiliser leur connaissance du patient lorsqu’ils envisagent d’utiliser un antidépresseur ou un anticonvulsivant comme stratégie de traitement. Bien entendu, toute condition psychologique existante devrait également être prise en compte.

Enfin, un plan de traitement devrait encourager les médecins de soins primaires à élaborer leur propre calendrier de suivi avec chaque personne en fonction de leur jugement sur la situation du patient. Il est important de tenir compte de l’impression générale du patient quant au changement global de ses symptômes afin de le maintenir engagé tout au long du processus de traitement et de suivre les objectifs à mesure qu’ils sont atteints. La présentation de tout nouveau symptôme susceptible d’apparaître au cours d’un suivi devrait être évaluée dans l’immédiat, plutôt qu’en comparaison avec les symptômes passés, et les autres causes médicales potentielles de ces symptômes devraient être exclues.

  1. Fitzcharles MA, Ste-Marie PA, Goldenberg DL, et al. Lignes directrices canadiennes pour le diagnostic et le traitement du syndrome de fibromyalgie. https://rheum.ca/images/documents/2012CanadianFMGuidelines_17August2012.pdf (consulté le 9 avril 2018).
  2. Fitzcharles MA, Ste-Marie PA, Goldenberg DL, et al. Lignes directrices canadiennes de 2012 pour le diagnostic et le traitement du syndrome de fibromyalgie : note de synthèse. Pain Research & Management 2013 ;18(3):119-26.
  3. Fitzcharles MA, Ste-Marie PA, Goldenberg DL, et al. Lignes directrices canadiennes de 2012. http://rheum.ca/images/documents/FMGuidelines_Slidekit_August2012.pptx (consulté le 9 avril 2018).