Skip to content

Bienvenue au bulletin Le monde de l'expertise médicale.

Des données novatrices et utiles sur le monde canadien des évaluations médicales indépendantes et d'autres services liés à la santé. Vos commentaires et vos suggestions de sujets sont les bienvenus.


Partie 2: Dosage, Effets secondaires et implications en milieu de travail


Dosage

Selon Santé Canada, « le cannabis n’est pas un produit thérapeutique approuvé ». Il note en outre qu’ « il n'existe aucune dose de cannabis établie de manière scientifique pour un état de santé précis ». Seuls le cannabis synthétique (Nabilone) et l’extrait botanique sont des versions officiellement approuvées de cannabinoïdes. Les exigences de dosage des diverses formes de cannabis peuvent varier considérablement en fonction de nombreuses variables telles que la puissance du THC, la méthode d’ingestion, le profil génétique de l’individu et une exposition antérieure. Les études de patients utilisant du cannabis à des fins médicales à travers le monde à ce jour ont montré qu’un dosage de 0,8 à 1,5 g/jour de cannabis séché serait recommandé.

Le dosage du cannabis reste individualisé et doit être approprié pour atteindre l’effet thérapeutique requis. Santé Canada suggère que la plupart des individus utilisent moins de 3 grammes par jour de marijuana séchée, qu’elle soit prise par voie orale ou inhalée, ou une combinaison des deux.

Effets secondaires et implications en milieu de travail

Il a été démontré que l’utilisation du cannabis est associée à une altération potentielle du fonctionnement cognitif et moteur. Les effets spécifiques peuvent inclure une altération de la mémoire et de la coordination, une distorsion de la perception du temps, une réduction du rendement au travail, des problèmes d’absentéisme, des changements dans le fonctionnement social et une altération du jugement. Ces effets peuvent être présents, que le cannabis soit utilisé à des fins récréatives ou à des fins médicales (c’est-à-dire une utilisation autorisée par un professionnel de la santé). Étant donné que l'affaiblissement des facultés lié au cannabis peut durer 24 heures ou même plus longtemps, l’utilisation du cannabis (pour des raisons récréatives ou médicales) serait un facteur à considérer dans la détermination de l’aptitude d’un individu à participer à des tâches ou emplois impliquant un risque pour la sécurité.

Plusieurs fluides corporels peuvent être testés pour détecter la présence du cannabis, mais un test positif peut seulement indiquer si la substance a été utilisée et n’est pas considéré comme une indication fiable d’un affaiblissement des facultés au moment du test.

Tel que mentionné dans la première partie de cette série, les parties prenantes devraient reconnaître la nature rapide et constante de l’évolution de ce sujet et s’assurer qu’elles obtiennent des informations précises et à jour auprès des organismes de réglementation et de l’industrie, ainsi que des avis médicaux/juridiques d’experts, afin d’avoir des détails et conseils supplémentaires. Ce qui précède doit être uniquement considéré comme un échantillon de politiques appliquées actuellement au sein de l’industrie et non comme une aide à la prise de décision.

  1. [REF : Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues (ECTAD) : sommaire de 2015 https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/enquete-canadienne-tabac-alcool-et-drogues/sommaire-2015.html]
  2. [REF : SANTÉ CANADA http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/reglements/DORS-2016-230/index.html]
  3. [REF : CPSO. Marijuana for Medical Purposes. http://www.cpso.on.ca/policies-publications/policy/marijuana-for-medical-purposes] Anglais seulement