Skip to content

Bienvenue au bulletin Le monde de l'expertise médicale.

Des données novatrices et utiles sur le monde canadien des évaluations médicales indépendantes et d'autres services liés à la santé. Vos commentaires et vos suggestions de sujets sont les bienvenus.


Évaluation des capacités fonctionnelles


30 juin 2016

L’évaluation des capacités fonctionnelles (ÉCF) offre un processus pour mesurer, enregistrer et analyser la capacité d’une personne à effectuer un certain nombre de tâches. Il s’agit d’un outil utile pour déterminer les capacités et les restrictions physiques de la personne ainsi que les possibilités de reprendre le travail, tel qu’il était avant la blessure, les tâches ménagères ou ses activités normales.

Une ÉCF est effectuée par l’un des nombreux types de professionnels de la santé réglementés, tel qu’un  physiothérapeute, un chiropraticien, un ergothérapeute ou un kinésithérapeute autorisé.  Avant d’effectuer une évaluation, l’évaluateur demande généralement d’avoir l’information générale du dossier médical ainsi que les rapports antérieurs d’analyse du lieu de travail et des exigences.

Une évaluation type prend environ de deux à trois heures; toutefois, elle peut dépasser cette période lors d’évaluations spécialisées. L’évaluation en soi comprend une variété d’éléments qui ont une valeur à la fois indépendante et inter-reliée dans la détermination de la capacité sécuritaire de la personne à travailler au cours d’une journée de travail. 

L’évaluation permet de déterminer la flexibilité, la force, l’équilibre, la coordination et la mécanique corporelle de la personne. Ceci est accompli grâce à un processus systématique de mesure, d’enregistrement, et d’analyse de la capacité de la personne à accomplir, de façon sécuritaire, de nombreuses tâches telles que le soulèvement, l’abaissement, la poussée, la traction et  le transport de poids, la montée des escaliers, la position assise, debout, penchée, courbée, accroupie, agenouillée, l’atteinte, la manipulation par motricité globale et fine.

La mesure de la constance et de l’effort est un élément essentiel d’une évaluation des capacités fonctionnelles. Pour ce faire, on utilise des mesures du « coefficient de variation » qui est essentiellement le degré de variation temporelle pour les tests répétés. Par exemple, on demande à une personne de faire un test d’atteinte chronométré à trois reprises.  Le degré de variation de la vitesse des trois tests est mesuré. Si la variation entre les trois tests dépasse 10 %, on peut en conclure que la personne n’as pas fait d’effort constant. En règle générale, si plus de 80 % des tests répétés de la personne évaluée durant une évaluation des capacités fonctionnelles indiquent des coefficients de variation de moins de 10 %, les résultats de l’évaluation sont considérés comme valides. Si moins de     80 %  des tests répétés de la personne évaluée indiquent des coefficients de variation de moins de 10 %, les résultats des évaluations sont considérés comme invalides.  Toutefois, d’autres facteurs sont considérés, dont l’achèvement des tests, l’effort/la mécanique corporelle exagérés, les augmentations appropriées du rythme cardiaque, la constance entre les tests officiels vs l’observation et les tendances compétitives.

Quant aux évaluations qui concernent les capacités de retour au travail, des comparaisons des capacités enregistrées de la personne avec l’analyse du lieu de travail et des exigences sont faites et référencées  avec les examens ou les évaluations cliniques pour produire le rapport final.